accueil en français accueil en français accueil en français accueil en français accueil en français accueil en français accueil en français accueil en français
Vous êtes ici : Accueil » Organisation » Dronautic : définition et ambitions

Organisation

Dronautic : définition et ambitions

D 20 mai 2014     H 10:42     A Dronautic Organisation     C 0 messages


Toutes les versions de cet article : [English] [français]

agrandir

Un Dronautic est un drone nautique. Il s’agit donc d’un engin navigant à la surface des océans, des mers ou des plans d’eau douce, sans équipage, en autonomie énergétique sachant que celle-ci ne peut être polluante et donc issue de l’énergie fossile ou nucléaire.

Drone (wikipédia) : Un drone (« faux-bourdon » en anglais ; UAV, Unmanned Aerial Vehicle) est un aérodyne télécommandé qui emporte une charge utile, destinée à des missions de surveillance, de renseignement, de combat ou de transport.

Un Dronautic en quelques mots

Bateau : Un Dronautic navigue à la surface des mers, océans et plans d’eau douce. Ce n’est ni un sous-marin, ni un avion…
Drone : Un Dronautic n’a pas d’équipage. Il navigue par ses propres moyens.
Propulsion : Un Dronautic peut utiliser toute énergie non fossile ou nucléaire. Ses moyens de propulsion sont donc la force de voile(s) et/ou l’énergie électrique produite à bord (panneaux solaires, éolienne ou hydrolienne).
Assistance limitée : Un Dronautic peut recevoir de l’information en provenance de son équipe (cf. Dronauteam). Cette information lui permet uniquement d’ajuster sa route en fonction des conditions météo (vent, mer, obstacles).
Communication : Un Dronautic doit signaler sa présence (AIS) et être en mesure d’envoyer des informations régulières à son équipe et à l’organisation des événements (position, images, progression, informations liées au fret).
Fret : Un Dronautic est peut-être un engin de transport de fret du futur. Dans le cadre des compétitions ouvertes aux Dronautic, chaque engin devra d’ailleurs être en mesure d’embarquer un fret. Il s’agira en particulier d’embarquer un mini laboratoire qui pourra transmettre des informations sur l’état de la planète (mer, météo, plancton, animaux marins).
Matériaux : Il n’y aura pas de limitation, dans un premier temps, sur les matériaux utilisables pour la construction d’un Dronautic. Mais une mise en œuvre à partir de matériaux éco-responsables est forcément un plus.
Monocoque, catamaran ou trimaran ? Un Dronautic doit respecter un cadre de jauge. Dans ce cadre, les concepteurs ont toute latitude pour développer ou utiliser la plateforme de leur choix.
Insubmersibilité : Pour des questions de sécurité, un Dronautic se doit d’être insubmersible et doit pouvoir être récupéré par son armateur en cas de problème.
Chavirage : Les concepteurs d’un Dronautic doivent pouvoir assurer son auto-redressabilité en cas de chavirage.

Les éléments clefs d’un Dronautic

LES ÉQUIPES

Il n’y a pas d’équipage à bord d’un Dronautic. Mais de nombreux hommes et femmes vont devoir unir leurs talents et expériences pour monter une Dronauteam, une équipe en charge de développer et de mener un Dronautic autour du monde.

- Plus d’information sur la page dédiée.

LE PROGRAMME

Le programme Dronautic s’étale sur 5 ans, de 2014, année d’annonce du programme et du lancement du concours d’architecture navale à 2019, année de retour des Dronautic au port de départ de The Dronautic Revolution.

- Plus d’information sur la page programme.

L’ASSISTANCE

Une course en Dronautic n’est pas une course sans assistance. Lancer une poignée de drones navigants sans équipage autour du monde peut poser des problèmes de sécurité.

Les équipes pourront communiquer avec leur Dronautic pour lui apporter des ordres de routage. Ceci devrait permettre aux engins de choisir des parcours qui évitent les mers dangereuses et les fortes tempêtes. Mais aussi, comme pour les voiliers de course au large, les Dronautic bénéficieront d’informations en provenance du (ou des) navigateur(s) afin de tirer profit des meilleurs vents et courant marins.

La communication pour des trajectoires ou l’assistance en cas de chavirage sera donc autorisée. Elle ne sera pas limitée puisque c’est la gestion de l’énergie à bord qui s’en chargera. Tout Dronautic devra, en effet, et en priorité, transmettre à la terre des informations sur sa propre navigation tout au long de son parcours autour du monde.

LA COMMUNICATION

• Communication interne

Tout Dronautic sera équipé d’un système AIS pour être repéré par les autres Dronautic et navires en navigation dans ses parages. Tout Dronautic sera aussi équipé d’un GPS et d’une balise de positionnement pour transmettre des informations sur son parcours.

• Communication média

La Dronautic World Race ainsi que les prologues et la transocéanique sont des événements médiatisés. Les Dronautic participeront à leur propre mise en avant par la transmission d’informations permettant d’analyser leur parcours.

Ainsi, chaque Dronautic sera équipé d’au moins une caméra et devra envoyer des images (fixes ou vidéo).
Toute navigation à vue avec un engin navigant - un autre Dronautic, un animal marin ou d’une terre ferme - devra permettre le déclanchement et la retransmission d’une image…

• Communication scientifique

En tant qu’engin navigant pouvant transporter une cargaison, chaque Dronautic devra embarquer un laboratoire scientifique. Les données récoltées par ces mini-laboratoires devront pouvoir être retransmises tout au long de leur parcours à une centrale d’information afin d’être disponibles pour les équipes scientifiques qui les ont développées et les partenaires scientifiques de l’organisation.

Dans la même rubrique

Dronautic dans la presse francophone

La presse parle de Dronautic. Voici les articles diffusés sur le net, la presse magazine et quotidienne.

Lire la suite →

Concours d’architecture navale 2014-2015 pour la conception de bateaux drones de 6 mètres de long

Le développement de bateaux drones est encore balbutiant. Afin de participer à leur développement, Dronautic lance ce mois-ci un concours d’architecture navale ouvert aux amateurs et professionnels. Leur objectif : concevoir un Dronautic’6, un bateau drone de 6 mètres de long maximum et apte à participer en 2018 à The Dronautic Revolution, la première course autour du monde d’engins navigants non-habités.

Lire la suite →

Jauge DRONAUTIC’6 • V1.0

Afin de réunir différents projets et différentes équipes sur un programme commun, il faut un cadre limite de travail qui respecte les définitions ci-dessus. Voici donc la jauge Dronautic’6.

Lire la suite →

Partenaires

Pas d’événements sans partenaires ou sponsors. Dronautic cherche donc des partenaires pour l’assister dans l’organisation des événements (sponsors et villes organisatrices), de la communication générale et l’assistance envers les Dronauteams.

Lire la suite →

Laboratoire de recherche scientifique

Un Dronautic n’est pas qu’un bateau de course. Un Dronautic est aussi en un bateau de fret, un cargo du futur. Tout Dronautic se doit donc de disposer d’un espace de transport qui servira, lors des courses au large, pour embarquer un mini laboratoire de recherche scientifique.

Lire la suite →

Le 1er juin 1968 était ouverte la ligne de départ de la première course autour du monde à la voile en solitaire, le Golden Globe.
Le 1er juin 2018, sera ouverte la ligne de départ de The Dronautic Revolution, la première course autour du monde d’engins navigants non-habités.
Quel sera le premier Dronautic à effectuer un tour du monde sans escale, sans équipage et sans énergie fossile ou nucléaire ?
Ce premier Dronautic effectuera-t-il sa révolution par les océans du globe en moins de 312 jours, la performance réalisé 50 ans auparavant par Sur Robin Knox Johnson ?

The Dronautic Revolution 2018 : entrez dans la course !
DRONAUTIC (définition & ambitions)
HISTORIQUE (des premiers tours du monde à Dronautic)
PROGRAMME 2014 - 2019
THE DRONAUTIC REVOLUTION 1968-2018
JAUGE DRONAUTIC’6
CONCOURS ARCHITECTURE NAVALE
• CONTACTS



Rechercher


Dronautic sur Facebook


Dronautic sur Twitter